*

Retour

Scène d'arnaque

Mariage

Mariage

1 / 6

Qu’est-ce qu’un mariage de complaisance?

Pour le meilleur... ou pour le pire

Chaque année, de nombreux Canadiens se font prendre au piège dans un mariage frauduleux. Le mariage de complaisance se définit comme un mariage dont l’unique but est de faciliter le processus d’immigration. Certains étrangers cherchent ouvertement un résident canadien qui accepte de les parrainer en échange d’une somme d’argent, via Internet par exemple. Mais plusieurs optent pour une tactique plus sournoise en simulant la passion amoureuse…

Le scénario est fréquent et presque toujours similaire : une Québécoise, par exemple, se rend en vacances à l’étranger et rencontre un charmant jeune homme. Rapidement, la passion s’installe et semble se transformer en amour. La relation s’étire, la correspondance s’installe, les voyages pour revoir l’être aimé se multiplient… Et un jour, le prince charmant demande à sa douce de l’épouser pour lui permettre de la rejoindre. Malheureusement, quand l’époux s’installe enfin au Canada et obtient son statut de résident permanent, une fin abrupte s’ensuit, sans égard pour le choc émotif et les pertes d’argent que subit la victime.

Les conséquences pour les personnes dupées peuvent être désastreuses. D’abord, parrainer un étranger pour lui permettre d’immigrer au Canada coûte très cher lorsque le mariage s’avère frauduleux. En effet, la personne qui accueille l’immigrant doit subvenir à ses besoins pendant trois ans et rembourser les prestations d’aide sociale si celui-ci en a bénéficié après la séparation… un lourd fardeau fiscal à porter. De plus, les conséquences psychologiques peuvent être lourdes : perte d’estime de soi, dépression conduisant souvent à un arrêt de travail, idées suicidaires… Fréquemment, les victimes prennent plusieurs années à s’en sortir.

Pour endiguer ce fléau, le gouvernement canadien a beaucoup resserré les lois depuis octobre 2012. D’abord, le statut de résident permanent n’est plus automatiquement accordé au conjoint parrainé si la relation dure depuis moins de deux ans et si des enfants ne sont pas nés de l’union. Si la personne parrainée quitte la relation avant l’échéance de ces deux années de cohabitation, son statut de résident permanent est révoqué et des accusations criminelles peuvent être portées.

Un rare cas d’annulation de mariage est survenu au Québec en 2013, alors qu’une Québécoise a été en mesure de prouver que l’homme qu’elle avait épousé l’avait manipulée pour réussir à immigrer. Cette femme, âgée de 65 ans, était tombée sous le charme d’un jeune Cubain qui l’a quittée dès l’obtention de son statut de résident permanent. Arriver à faire annuler son mariage par la Cour est un processus complexe, car les preuves de mauvaises intentions doivent être évidentes. Dans ce cas, des messages recueillis sur Facebook, écrits par le Cubain à ses amis et sa famille, ont révélé le pot au rose.