*

Retour

Scène d'arnaque

Mariage

Mariage

6 / 6

Qu’entraîne le divorce?

Quand rien ne va plus!

Depuis une vingtaine d’années au Canada, le taux de divorce chez les couples mariés est relativement stable et se situe entre 35 et 42 %. Au Québec, c’est environ 50 % des couples qui divorcent entre la 3e et la 5e année de mariage. Les principaux sujets de conflits tournent autour de l’argent, l’éducation des enfants, les relations avec la belle-famille, le partage des tâches à la maison, le temps consacré à la vie professionnelle versus la vie personnelle, et finalement, la sexualité.

Quelle que soit la source de conflit, quand rien ne va plus, le couple a maintenant la liberté de divorcer. Le Code civil du Québec reconnait l’échec d’un mariage selon les trois motifs suivant : les époux vivent séparément depuis au moins un an avant que le divorce ne soit prononcé; l’époux contre qui le divorce est réclamé a commis l’adultère; l’époux contre qui le divorce est réclamé démontre un comportement violent envers l’autre époux, rendant la cohabitation insupportable.

Lorsqu’un divorce est prononcé par la Cour, il libère les conjoints de faire vie commune et engendre le partage du patrimoine familial, liquide le régime matrimonial et annule les donations consenties à son époux lors du décès. Il est alors important de rédiger un nouveau testament. À la fin des démarches, les ex-époux reçoivent un certificat de divorce.

Lorsque les deux conjoints s’entendent sur les arrangements d’après-séparation, comme la garde des enfants, la pension alimentaire, le partage des biens, etc., il leur est possible d’avoir recours au divorce à l’amiable. Ils deviennent alors codemandeurs du divorce et remplissent ensemble les papiers. Bien qu’un divorce ne soit jamais facile, cette option peut alléger de façon significative les procédures et surtout, réduire l’anxiété et la souffrance chez les enfants.

En ce qui concerne la garde des enfants, le juge a la responsabilité d’étudier l’état affectif de chacun des conjoints ainsi que leur situation financière, avant de prononcer le divorce. Après évaluation, il décide qui est en mesure d’obtenir la garde, et il peut aussi choisir de la partager entre les deux parents. Lorsque l’enfant est en âge et en mesure de faire un choix éclairé, son opinion est considérée par le juge. Lorsque la décision est prise, une réévaluation ultérieure est toujours possible; la priorité demeure le bien-être de l’enfant.