Retour

Scène d'arnaque

Sextorsion

Sextorsion

2 / 6

Les pièges à éviter

Mieux vaut prévenir que guérir!

Malheureusement, la justice canadienne ne peut rien contre les criminels du web lorsqu’ils procèdent d’un pays étranger. Inutile d’espérer revoir la couleur de l’argent qui a été versé à un fraudeur d’outre-mer, car la coopération internationale entourant ce fléau n’est pas encore assez développée. Pour cette raison, il est d’autant plus nécessaire de prévenir l’extorsion avant qu’elle ne survienne.

Pour éviter de tomber dans le piège de la sextorsion ou de toutes autres formes de cybercriminalité, plusieurs précautions peuvent être prises. Cependant, une étape essentielle et trop souvent négligée réside dans la prévention et l’éducation. Lire et s’informer sur le phénomène, partager ses découvertes et en discuter ouvertement avec sa famille et ses amis constituent d’excellentes prémisses pour se prémunir contre les fraudeurs du web.

Le FBI formule quelques recommandations de base pour éviter l’escroquerie sur Internet. D’abord, il nous rappelle de rester vigilants, qu’un antivirus installé sur notre ordinateur ne protège pas contre les escroqueries. Ensuite, il nous recommande de fermer l’ordinateur et la caméra web après chaque utilisation. Bien sûr, il ne faut jamais ouvrir un courriel sans d’abord vérifier la provenance de celui-ci. D’ailleurs, il faut rester méfiant : un courriel accompagné d’une pièce jointe envoyé par notre mère en pleine nuit risque de ne pas vraiment provenir de notre mère… Finalement, si des menaces d’extorsion surviennent malgré tout, il faut s’assurer de ne pas y répondre et d’en parler à notre entourage et à la police.

Si malgré toutes les précautions, vous ou l’un de vos proches êtes victime de sextorsion, voici ce que la Sûreté du Québec recommande : tout d’abord, ne cédez à aucune demande d’argent, quelle que soit la teneur des menaces. Ensuite, coupez toute communication avec le cybercriminel, que ce soit par clavardage, courriels ou appels téléphoniques. Dès que possible, contactez les services policiers pour porter plainte et recevoir le soutien et les conseils nécessaires selon la situation.

Le site www.cyberaide.ca a été développé par le Centre canadien de protection de l’enfance et constitue une excellente ressource pour les mineurs victimes de cyberprédation et pour leurs proches. La plateforme aidezmoisvp.ca, conçue par la même organisation, est aussi un très bon outil pour les victimes de sextorsion ou de tout autres formes d’intimidation à caractère sexuel sur Internet. Par ailleurs, le Service de police de la Ville de Gatineau a produit une vidéo de prévention contre le phénomène de la sextorsion disponible sur le site suivant : http://www.gatineau.ca/portail/default.aspx?p=securite_publique/police/sextorsion.